4 conseils psychologiques les plus efficaces pour améliorer votre vie et faire en sorte que les gens vous apprécient

Les 4 meilleures astuces que j’ai apprises en étudiant la psychologie à l’université et en m’occupant de développement personnel pendant mon temps libre sont :

1. Si vous voulez que les autres s’ouvrent à vous ou vous apprécient, faites d’eux la chose la plus importante au monde.

En psychologie, on appelle cela « l’écoute active ». Tout ce que vous devez faire est de donner votre entière attention à eux lorsqu’ils parlent. Il existe plusieurs façons de mettre cela en œuvre :

  • Pensez que vous devez faire une présentation d’une heure sur ce dont ils ont parlé le lendemain.
  • Agissez comme s’ils avaient quelque chose à partager qui vous permettrait de gagner un million d’euro.
  • Écoutez comme si vous parliez à votre héros ou à votre dieu.

En faisant cela, vous serez sûr de prêter toute votre attention à ce qu’ils disent. La différence est infime à vos yeux, mais l’effet subconscient qu’elle produit est énorme ! Les gens le ressentiront et aimeront vous parler, car vous leur donnez l’impression qu’ils comptent. C’est l’un des sentiments les plus recherchés au monde.

Essayez de passer une journée entière à prêter toute votre attention à tout le monde et obtenez leurs réponses le jour suivant. Vous serez surpris de la différence que cela a fait pour eux.

2. Vous voyez ce à quoi vous pensez.

Prenons un exemple. Un conducteur qui croit au stéréotype selon lequel les femmes sont de mauvais conducteurs verra à la fois de mauvais conducteurs, hommes et femmes, et de bons conducteurs, hommes et femmes. Mais, même s’il voit à peu près autant de femmes que d’hommes, il ne sera conscient que des mauvais conducteurs féminins et des bons conducteurs masculins.

Il s’agit d’un mécanisme de sécurité dans notre cerveau pour confirmer que nous avons raison et pour renforcer notre ego. La partie intéressante vient lorsque vous réalisez que cela fonctionne pour tout !

Lorsque nous pensons à des choses positives, à la grandeur du monde et à la beauté de notre vie, nous en voyons davantage la preuve dans le monde réel. Ce qui pourrait être considéré comme normal sera considéré comme génial de ce point de vue. De la même manière, lorsque nous pensons que tout va mal et que la vie va à notre encontre, nous considérons les événements normaux comme négatifs et les petits problèmes comme gigantesques.

La meilleure façon d’utiliser cela à notre avantage est de penser à la façon dont nous… voulons que le monde soit. Comme nous trouvons des preuves pour tout ce que nous cherchons, c’est à nous de décider comment nous voulons voir le monde. Si nous ne le faisons pas, quelqu’un d’autre décidera pour nous.

Utiliser cette méthode efficacement peut conduire à une vie plus heureuse, remplie de gratitude et d’émerveillement. Mais cela demande de la pratique et des efforts.

3. Le mouvement crée l’émotion.

C’est un sujet de recherche courant en psychologie et il a été étudié sous de nombreux aspects différents. Le plus populaire est « Comment se sentir plus confiant ». Les études dans ce domaine ont montré que plus vous prenez de l’espace, plus vous vous sentez confiant. Lorsque vous êtes assis, asseyez-vous avec les jambes ouvertes et les bras tendus, lorsque vous êtes debout, tenez-vous droit et large.

Ce qui est encore plus étonnant que ces résultats, c’est le fait que cela fonctionne avec toutes les émotions. Chaque fois que vous voulez être heureux, excité, confiant, sexy, aimant ou autre, pensez simplement à ce que ferait une personne possédant ces qualités. Imaginez cette personne dans la même situation : Comment agirait-elle ? Que dirait-elle ? Que penserait-elle ?

Posez-vous ces questions, puis copiez simplement cette personne dans votre tête. Selon votre façon de bouger et de vous comporter, votre cerveau activera les zones de votre cerveau correspondant à l’émotion que vous dépeignez et libérera les hormones correspondantes pour vous faire ressentir cette émotion !

4. Test de réalité.

Un grand nombre de nos problèmes quotidiens proviennent du fait que nous réfléchissons trop. Nous rendons les problèmes plus grands ou plus petits qu’ils ne le sont en réalité et nous avons besoin de l’aide de ces stratégies pour voir la réalité. Sans cela, nous ne pouvons pas résoudre le problème, soit parce que nous avons trop peur d’essayer, soit parce que nous pensons que le problème n’est pas si important et qu’il ne vaut pas la peine d’être résolu.

Dans le test de réalité, les psychothérapeutes encouragent leurs clients à regarder leurs problèmes objectivement et à revenir sur les pensées négatives pour les analyser. Voici quelques façons courantes de le faire :

  • La sur-généralisation. Penser qu’un événement négatif entraînera de plus en plus d’événements négatifs est quelque chose que nous ne pouvons pas savoir. Nous généralisons le sens de ce qui se passe même si nous n’en avons aucune idée. Nous devrions plutôt penser que c’est un événement, un point c’est tout. C’est juste un événement et l’événement suivant en est complètement séparé. Même si, dans votre expérience, cela n’a pas été le cas, si vous pensez de cette façon, vous aborderez davantage de situations en vous sentant plus fort et vous croirez en votre capacité à changer les événements.
  • Se comparer aux autres. C’est un phénomène extrêmement courant. Pour être honnête, nous n’avons aucune idée de ce que l’autre personne a dû traverser pour en arriver là. Elle a peut-être travaillé 18 heures par jour pendant l’année dernière, en pleurant et en transpirant, pour arriver là où elle est aujourd’hui. Ne supposez pas qu’ils sont arrivés là où ils sont avec les mêmes efforts que vous. Il ne sert à rien de se comparer aux autres car, à moins d’avoir vécu leur vie, nous n’avons aucune idée de ce qu’il leur a fallu pour y arriver. Même s’ils nous le disent, ils en auront une perception biaisée et nous le recevrons à travers notre point de vue, ce qui fausse également la réalité. Au lieu de vous comparer aux autres autour de vous, comparez-vous à ce que vous étiez il y a un mois ou un an. Le seul véritable point de référence dont vous disposez est votre passé.
  • Blâmer les autres. Nous voulons nous rendre la vie facile. Et quoi de plus facile que de dire que nous ne sommes pas responsables de ce qui arrive ? Il est si facile de rejeter la faute sur les autres, ou sur la vie elle-même, parce qu’ils ne peuvent pas se défendre. Lorsque nous blâmons les autres pour notre malheur, les thérapeutes interviennent et amorcent un changement de paradigme avec les clients. Ils encouragent les clients à prendre la responsabilité de tout pendant un certain temps. Évidemment, cela peut mener à l’autre extrême, mais le but est d’abord de perdre l’habitude de blâmer les autres. Lorsque nous assumons notre propre responsabilité, il est plus probable que nous agissions pour la corriger.
  • Penser en « Tout » ou « Rien ». Pour surmonter cela, vous devez être très précis dans ce que vous dites. C’est aussi de cette façon que beaucoup de disputes commencent dans les couples. Des phrases comme « Tu fais toujours ceci » ou « Tu ne fais jamais cela » conduisent à une perception biaisée de la réalité. Réfléchissez plutôt à la fréquence à laquelle quelque chose s’est produit au cours de la semaine ou du mois dernier et comptez le nombre exact. Cela éliminera la pensée extrémiste, vous rapprochant ainsi de la solution du problème.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *